• Adieu l'Auguste

     

     

     

     

     

    Antoine a revêtu son vieil habit de deuil

    Et pour se protéger de la bise frisquette,

    Il a mis une écharpe et baissé sa casquette

    Sur son front pour cacher qu'il a la larme à l'œil.

     

    Oui, car c'est aujourd'hui qu'on enterre l'Auguste,

    Aujourd'hui que finit le voyage au long cours

    Avec son grand ami, son copain de toujours ;

    Ensemble, ils ont lutté pour un monde plus juste.

     

    En mai soixante-huit, à Nanterre, à Paris,

    A tue-tête, ils chantaient " C'est la lutte finale "

    Et Dieu sait s'ils croyaient en l'Internationale !

    Sur des jours bien meilleurs, ils prenaient des paris.

     

    Quand les plus endiablés redevinrent dociles

    Et que la vie reprit son train-train, comme avant,

    Ils se sont demandés si tout n'était que vent,

    Si leurs engagements étaient vraiment utiles.

     

    Alors, désabusés, ils sont partis à deux

    Pour faire le baroud aux quatre coins du monde,

    Recherchant les pays où la révolte gronde,

    Multipliant par jeu les exploits dangereux.

     

    Action délicate, ou  combat, rien à faire,

    La mort ne voulait pas de ces deux casse-cous,

    Et c'est finalement  une vilaine toux,

    Un banal mal d'enfant, qui mit Auguste en terre.

     

    Antoine ne sait pas ce qu'il fera sans lui ;

    Non, plus rien ne pourra le sauver du naufrage,

    Il se sent affaibli, sans force ni courage,

    Et ses jours à venir seront remplis d'ennui.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Octobre à 00:16

    Superbe Edgard

    Bises et bonne nuit

      • Ed
        Dimanche 7 Octobre à 09:20

        Merci à toi, fidèle lectrice.

        Bises et bon dimanche.

    2
    Dimanche 7 Octobre à 09:54

    Ton poème est magnifiquement triste si j'ose dire...............

    Tu décris très bien la douleur de rester seul quand on perds l'être cher.......

    Mon mari n'est pas au top, après 1 mois d'hospi et 10 kg en moins ( même si il en avait besoin, il reste très faible, j'ai donc moins de temps mais je gère au mieux.........

    Merci pour ce beau texte Edgard.............Souhaitons a Antoine que le temps atténue la perte de son compagnon de vie............Quoique je sache qu'on ne se remet jamais.. c'est juste dans un coin du coeur , à l'abri...♥

    3
    Lundi 8 Octobre à 15:49
    colettedc

    Oui, pas facile pour Antoine, j'en conviens. 

    Défi magnifiquement relevé  ! J'♥ beaucoup ! 

    Bonne poursuite de ce lundi !

    Amitiés♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :