• 1er mai...

     

     

    Mai nous revient ! En ce doux mois 

    Qu’il est bon de conter fleurette 

    Et de choyer la midinette 

    Qui rêve d’un amour courtois. 

     

    Aussi parcourais-je les bois 

    En quête de quelque clochette 

    Afin d’embabouiner Juliette, 

    Une fille au joli minois. 

     

    Mais quand je suis rentré bredouille, 

    J’étais tellement niquedouille 

    Que même mon chien me narguait. 

     

    Moi qui me prétends naturiste, 

    J’ai dû passer chez la fleuriste 

    Pour « cueillir » un brin de muguet ! 


  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Mai à 19:44

    Tu avais donc perdu tes clochettes,
    plus moyen de courtiser la minette,
    Tu restes là comme un andouille,
    voilé  d'une ombre  de rouille..
    Plus qu'un homme futuriste,
    certes courtois, mais qui persiste..

      • Ed.
        Lundi 14 Mai à 21:32

        Je pris un air profond, et je lui dis : - Minette, 

        Unissons nos destins. Je demande ta main. -

        Elle me répondit par cette pichenette : 

        - Gamin !

         

        Victor Hugo.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :