• Renoncule

     

    Ô toi, timide fleur des champs, 

    Toi, bouton d’or qui, sans conteste, 

    Est un messager du printemps, 

    Tu sais pourtant rester modeste. 

     

    L’or dont tu portes la couleur, 

    Il est le soleil de Provence, 

    La promesse de la chaleur 

    D’un été qui vient en avance. 

     

    Tu nais sur le bord des chemins, 

    Souvent dans des recoins en friche, 

    Et contrairement aux humains, 

    Malgré cet or, tu n’es pas riche, 

     

    Tu te plais aux jeux des enfants 

    Quand ils te tressent en couronnes, 

    Pour les offrir à leurs mamans ; 

    Merci du bonheur que tu donnes. 

     

    Que j’aime ta simplicité, 

    Toi, la mignonne renoncule, 

    Symbole de la liberté, 

    D’indépendance majuscule.


  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Mai à 19:38

    Et que dire des violettes, mes fleurs préférées, qui ont ce parfum sauvage de nos sous bois si beaux..............

      • Ed.
        Lundi 14 Mai à 21:14

        Douce violette, 

        Vierge humble et discrète, 

        Fille de nos bois, 

        Dis-moi dans quels songes 

        Ainsi tu te plonges 

        Sans joie et sans voix ?

         

        — Sans voix, non sans joie, 

        Car Dieu m'en envoie : 

        J'écoute un oiseau ; 

        Son chant me fait fête, 

        Et moi, fleur muette, 

        Je me dis : c'est beau !

         

        Henri-Frédéric Amiel.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :