• Premier baiser

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quand j'ai le sentiment d'un fardeau trop pesant,

    Le manteau de la nuit qui vient enfin s'étendre

    Sur les toits du village, arrive à me détendre

    Et le calme du soir m'envahit, apaisant.

     

    Là, dans le clair-obscur, je revis mon passé,

    Je vois dans le miroir du temps ton beau visage,

    Ton sourire, tes yeux, et toujours cette image :

    Le petit banc, le parc, où tu m'as embrassé.

     

    J'étais si jeune encor, je n'avais que quinze ans,

    Un enfant, un gamin sans aucune expérience,

    Tu n'avais guère plus ; nous avions cette chance

    De n'être tous les deux que des adolescents.

     

    Le soir avait couvert le parc silencieux,

    Complice des désirs que le noir favorise,

    De ton geste, tu fus la première surprise :

    Tu m'offris un baiser tendre et délicieux.

     

    Et sous le clair de lune, alors, j'ai déliré

    Imaginant déjà mille et une romances...

    Mais ce ne fut hélas qu'un amour de vacances,

    Quand il fallut partir, mon cœur s'est déchiré.

     

    Ces tout premiers baisers qui nous avaient liés,

    Ces fleurs de nos quinze ans ne se sont pas fanées,

    L'enfant qu'alors j'étais, malgré bien des années,

    Jamais, oh non, jamais ! ne les a oubliés !


  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Juillet à 11:35

    Oh mon cher Edgard ... Si tu savais comme ton poème me fait revivre mon premier émoi, celui d mes 15 ans aussi, il en avait 24 et en ce temps là, ce n'était point accepté.......

    Il fut mon premier baiser, je ne l'ai jamais oublié, jamais oublié sa voix, ses yeux........

    Mais on le pria de ne plus voir et je sus, des années plus tard qu'il mourût a 28 ans sans avoir vécu d' autres amours. Ce n'est pas une fiction hélas et cela me fut rapporté par sa Maman........C' était un être fragile et torturé............

    Merci Edgard pour m'avoir fait revivre ces quelques mois de ma jeunesse........

    Je t'embrasse........

      • Ed
        Lundi 23 Juillet à 11:01

        Bonjour Ghislaine,

        J'ai connu une histoire pareille à celle que tu as vécue (mais avec le rôle du garçon, évidemment). Dans mon cas, ce ne fut pas la différence d'âge mais la différence de niveau social qui ne fut pas acceptée. Heureusement pour moi, la fin a été moins tragique.

        A bientôt.

    2
    Dimanche 22 Juillet à 12:58

    Quel joli poème Edgard... C'est magnifique.

    Bises et bon dimanche

      • Ed
        Lundi 23 Juillet à 10:52

        Merci à toi, ma fidèle lectrice...

    3
    Lundi 23 Juillet à 23:02

    Bonsoir M.  πr²

    Forcément, ton poème ramène celui/celle qui lit à ses premiers émois, à ces fameux premiers baisers qui gardent à jamais le goût particulier et irremplaçable de la nouvelle chose explorée pour la première fois, et dont on se souvient toute sa vie. À ceci près que je ne n'étais plus vraiment adolescent, ou du moins, je quittais ces âges-là (on ne peut pas être précoce partout ! hahaha).

    Une thématique universelle  servie par ta magnifique poésie, pour une lecture des plus agréables. Merci.

    Fabrice

      • Ed
        Mardi 24 Juillet à 17:47

        Bonjour Fabrice,

        C'est étonnant comme l'évocation de pareils "souvenirs" pousse chacun à faire des confidences. Mais confidence pour confidence, mon texte est une pure fiction (comme souvent) ! L'important, n'est-il pas que le lecteur s'y projette ?

        Darius Hyperion, notre maître à tous deux, m'a dit un jour que si la poésie est essentiellement biographique, elle n'a pas de raison d'être. Je le crois aussi.

        Amitiés et à bientôt.

      • Samedi 4 Août à 23:52

        Cher πr²,

        Si la poésie était essentiellement biographique, nous n'en écririons pas autant. Je crois que nous glissons dans nos poèmes des morceaux de nous, c'est indéniable, nous nous projetons aussi en tant qu'auteur dans ce que nous écrivons, mais se servir de certaines de nos pensées, de nos expériences, de nos émotions, cela signifie-t-il "biographique" ? Non. Nous racontons avant tout des histoires, qui s'appuient sur d'autres histoires, réelles ou fictives, des histoires qui peuvent être puisées dans nos ressources personnelles ou dans celles d'autres, qui s'inspirent de tellement de choses vues, entendues, éprouvées, racontées, rapportées (Ah, l'inspiration... Toute une histoire !) ... Je suis trop pudique pour N'ÉCRIRE QUE des choses biographiques wink2

        Amitiés.

        Fabrice

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :