• Le rêveur

     

                                                              « Myrrha voulait lui faire admirer comme les bois                                                                       étaient beaux, avec leurs petites branches fines sur                                                                 le ciel clair… Oui, tout était beau : le nuage s’était                                                                    dissipé » 

                                                                    (Romain Rolland, Jean Christophe, tome III, l'adolescent)

     

     

    Il a lu Jean Christophe,

    Depuis lors, il se croit

    Devenu philosophe

    Et sage de surcroît.

     

    Si ses pieds sont sur Terre,

    Son front s'élève aux cieux,

    Des mondes plus prospères

    Palpitent dans ses yeux.

     

    Perdu dans ses pensées,

    Il marche dans les bois

    Et, choses insensées,

    Pense entendre des voix.

     

    Il cherche la clairière

    Où des tapis de fleurs

    Encerclent la chaumière

    De Merlin l'Enchanteur.

     

    Il parle avec les bêtes

    Qu'il préfère aux humains

    Et fait mille conquêtes

    Au hasard des chemins ;

     

    Aux grenouilles des mares,

    Il donne des leçons

    Pour que leurs chants bizarres

    Ravissent les poissons.

     

    Contournant les villages,

    Il avance à grands pas

    Et commande aux nuages...

    Qui n'obéissent pas !

     

    Un jour, sur votre route,

     Si vous le rencontrez,

    ça ne fait aucun doute,

    Vous le reconnaîtrez,

      

    Car, comme tout poète,

    Il a le ventre creux

    Et du vent plein la tête,

    Mais, libre, il est heureux.

     

    Sur un conseil, j'achève

    De faire son portrait :

    Ne brisez pas son rêve,

    Je crois qu'il en mourrait.

     

    Le rêveur

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 22 Avril à 11:36

    Bonjour Edgard,

    Je ne veux, certes pas, briser ce rêve enchanteur où je me suis laissé aller lascivemnt dans tes mots Edgard..............

    Quelle poésie douce et on en sentirait presque les odeurs..

    Mille Mercis cher Edgard, en espérant n'être pas cette fois, ta seule lectrice...........

    Ghis.

    2
    Lundi 22 Avril à 11:38

    Je remarque qu'il n'y a aucun moyen de te joindre(hors commentaires) sur ce blog .....

    Peut être est- c voulu de ta part ???

      • Mardi 23 Avril à 07:07

        Bonjour Ghislaine,

        Non, ce n'est pas volontairement.

        J'ai pourtant indiqué mon adresse mail dans mon "profil".

        J'ai dû mal paramétrer, je vais essayer d'y remédier.

        ___________________

        1/2 heure plus tard ...

        Voilà Ghislaine, je pense avoir réussi à créer un lien de contact mais ce n'est pas sans mal car les explications données dans la rubrique "Aide" sont obsolètes.La marche à suivre est complètement différente de ce qu'ils disent !

        Mais je pense que le mal est réparé.

        Bises,

         

        Ed.

    3
    Mardi 23 Avril à 16:26

    J'adore ton rêveur! il me ressemble un peu, me baladant sur la lande en Bretagne...

    Bien belle et douce poésie! j'adore!!!!

    Bisous

      • Ed
        Mercredi 24 Avril à 12:20

        Merci Annick,

         

        Sur la lande ou ailleurs,

        Je crois que les rêveurs

        Sont partout les mêmes

        Et aiment qu'on les aime.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :