• Le moulin du Val

     

    Tu sais, notre moulin ne tourne plus ses ailes

    Qui servent à présent de perchoirs aux oiseaux,

    Il est plein de souris qui frottent leurs museaux

    Et, sans savoir pourquoi, se chamaillent entre elles.

     

    Au dessus de l'étang, volent des demoiselles

    Et la lune s'admire au miroir de ses eaux,

    Un gros crapaud caché sous l'arche des roseaux

    Coasse bruyamment pour charmer ses femelles.

     

    Dis, penses-tu pouvoir être prête demain ?

    Oh, bien sûr, ton mari ! Dis-lui qu'il doit te croire,

    Ne pas être jaloux d'une si vieille histoire...

     

    Vois-tu, j'aurais voulu te prendre par la main

    Et t'emmener au Val, comme on le fit naguère...

    Tu n'as pas oublié ? C'est notre anniversaire.


  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Janvier à 12:53

    Un très joli sonnet Edgard. Bravo !

    Bises et bon mardi

    2
    Mercredi 23 Janvier à 10:16

    Superbe !!

    Un petit côté Apollinaire qui n'est pas pour me déplaire !

    Merci Ed, c'est vraiment joli........

    Je suis contente de te lire à chaque fois..........

    Merci ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :