• Le couloir du Temps

     (lire la première partie)

    Alexis a beau retourner le problème dans tous les sens, il ne comprend pas : comment peut-il avoir "remonté" le temps ? Physiquement — pour autant qu'il se souvienne de ses cours de physique — ce n'est pas possible ; il aurait fallu pour cela qu'il se déplace plus vite que la lumière ! 300.000 kilomètres à la seconde ! Il en était bien loin.

    Profondément plongé dans ses réflexions, il ne voit pas entrer dans la pièce le Lapin blanc. Cette fois, celui-ci ne court plus ; il s'approche en silence d'Alexis et lui frappe sur l'épaule. Surpris, le garçon se retourne brusquement en sursaute.

    — Je vous ai fait peur ?

    — Ah ! c'est vous !

    — Voulez-vous m'excuser pour tout-à-l'heure ? J'étais très pressé...

    — Mais vous êtes tout excusé.

    — La Reine est très stricte sur les horaires, surtout quand il s'agit de son courrier.

    — Je la comprends. Et vous lui portiez un courrier important ?

    — Non, aucun, mais ce n'est pas une raison pour être en retard.

    Alexis, étonné, ne dit plus rien et le Lapin non plus. Après quelques instants de silence, le garçon demande :

    — Puis-je vous poser une question ?

    — Faites.

    — Quand je suis revenu dans cette pièce, j'ai constaté que ma montre indiquait la même heure que celle à laquelle je l'avais quittée. Pourriez-vous m'expliquer ce mystère ?

    — Il n'y a là aucun mystère.

    — Ah !

    — Mais pour l'expliquer, c'est autre chose. Vous devriez poser la question au professeur Brioché .

    — Le professeur Brioché ?

    — Oui, c'est un grand savant spécialiste des questions spatio-temporelles.

    — Où puis-le le trouver ce professeur ?

    — Dans son bureau, évidemment.

    — Où se trouve son bureau.

    — Mais là, le Lapin lui montre le mur, juste derrière.

    — Et comment y arriver ? Nous sommes prisonniers dans une pièce où la seule issue n'en est pas une.

    — Décidément, il faut tout vous expliquer ! Demandez à Léon Dutilleul , il va vous y conduire.

    — Dutilleul ?

    — C'est le meilleur guide qui soit.

    — Et où est-il ce Dutilleul ?

    — Mais là, à côté de vous.

    Alexis tourne la tête et voit un homme coiffé d'un chapeau melon, petite barbiche en pointe et binocle sur le nez, l'image du parfait employé de ministère. Profitant de ce moment d'inattention du garçon, le Lapin en profite pour disparaître.

    — Monsieur Dutilleul ?

    — Lui-même.

    — Il paraît que vous pouvez me conduire auprès du professeur Brioché...

    — Quand il vous plaira.

    — Mais comment faire ? Nous sommes enfermés.

    — Pas le moins du monde, il nous suffit de passer au travers de ce mur, le bureau du professeur Brioché est juste derrière.

    — Vous vous moquez !

    — Mais non, pourquoi ?

    — Passer au travers d'un mur ! Ça n'existe que dans les contes fantastiques.

    — Mais vous êtes dans un conte fantastique !

    Alexis reste bouche bée. Puis, reprenant quelque peu ses esprits :

    — Tout ceci est donc un conte ? Et j'en suis le héros...

    — Tout de suite les grands mots! Comme vous y allez ! Vous en êtes tout au plus un personnage secondaire, un figurant. Le seul héros ici, c'est le Temps.

    — Ah, je commence à comprendre...

    — Cela m'étonnerait ! Alors, nous y allons ou pas chez le professeur Brioché ?

    Abasourdi et résigné, Alexis laisse Léon Dutilleul le prendre par la main et tous deux traversent le mur.

     

    De l'autre côté, ils découvrent un vieux monsieur qui semble être en pleine méditation si l'on en juge par la position de lotus qu'il a adoptée. Devant lui, une table de travail est recouverte d'une multitude de feuilles sur lesquelles des calculs s'alignent en tous sens. Le sol, autour de lui, est jonché de bouts de papiers chiffonnés. Les murs disparaissent derrière des étagères remplies de livres, sauf à l'endroit où se trouve un tableau sur lequel sont écrites des formules incompréhensibles pour le commun des mortels. Il s'agit certainement d'un code, pense Alexis. 

    Brioché ne semble pas s'être aperçu que des visiteurs sont entrés. Afin d'attirer son attention Dutilleul toussote et le professeur tourne enfin la tête.

    — Professeur, je vous ai amené un nouvel élève désireux d'apprendre comment fonctionne le Temps.

    — Très bien, très bien, mon ami, nous allons voir cela. Mais... est-ce une montre que je vois à votre poignet ?

    — Oui...

    — Elle fonctionne ?

    — Oui.

    —Donnez-moi vite cela, petit malheureux. Vos êtes ici dans un temple dédié au Temps et je ne saurais tolérer que vous l'enfermiez dans un ridicule petit boitier. Le Temps doit être libre de s'écouler comme il lui plaît. Allons, donnez-moi cette minuscule cellule où vous le tenez prisonnier, je dois absolument vous la confisquer !

    Alexis enlève sa montre et la donne au professeur qui se dirige vers une armoire vitrée et la dépose au milieu de toutes sortes d'autres instruments utilisés pour mesurer le temps qui passe : sabliers, clepsydres, pendules, horloges, montres, etc. Toutes complétement décortiquées, exhibant leurs entrailles faites de balanciers, pivots et rouages divers mais pas d'aiguilles, pas de chiffres pour marquer l'heure. 

    — Alors, dites-moi, jeune homme, que désirez-vous savoir ?

     

    Alexis raconte alors au professeur la petite aventure qu'il a vécue et son étonnement lorsqu'il a constaté que, à son retour dans la pièce de départ, l'heure indiquée à sa montre était identique à celle qu'il avait lue avant son départ. Le professeur l'ayant écouté attentivement, lui dit alors :

    — Et que ne comprenez-vous pas ? C'est pourtant tout à fait logique.

    — Ah, vous trouvez qu'il est logique de remonter le temps ?

    — Mais vous ne l'avez pas remonté, petit ignorant, vous l'avez descendu.

    — Alors là, je comprends de moins en moins.

    — Bien, nous allons repartir de zéro. Imaginez que vous êtes assis sur le bord d'une grande étendue d'eau et que rien ne vous permet de dire si elle est immobile ou si elle est en mouvement. Est-ce un lac ou est-ce un large fleuve tranquille ? Impossible de le dire : rien ne bouge. Jetez-y un bouchon. S'il reste à l'endroit où il est tombé, c'est un lac. Mais s'il s'éloigne de vous, c'est un fleuve qui s'écoule lentement vers son aval. Vous me suivez ?

    — Jusque là, oui. Mais je ne vois pas le rapport...

    — Patience mon garçon, patience. Supposez à présent que vous vous levez et que vous marchez vers l'amont. Si vous regardez derrière vous, vous avez l'impression que le bouchon s'éloigne plus vite. Oui ?

    — Oui.

    — Par contre, si vous faites demi-tour et que vous marchez  vers l'aval, cette fois, vous avez l'impression que le bouchon s'éloigne moins vite. Toujours d'accord ?

    — Oui.

    — Pressez le pas... encore un peu. Et voilà, vous avez rattrapé le bouchon ! Vous êtes revenu dans la position initiale ! Vous avez compris ?

    — Vous voulez dire que...

    — Eh oui, tout à l'heure, vous avez emprunté le couloir dans lequel le Temps s'écoule. Vous ne l'avez ni senti, ni vu, bien entendu, puisque le Temps est inodore et incolore : pas d'odeur, pas de couleur. Et ceux qui disent parfois que le Temps, c'est de l'argent se trompent car l'argent sent mauvais et a la couleur du vice. Mais passons. Au début, vous êtes allé vers l'amont — à contretemps devrais-je dire — et ensuite, vous êtes revenus vers l'aval. Vous n'avez donc pas « remonté » mais « descendu » son cours. Parlant de cours, le mien est terminé. Je vous ai donné un peu de mon temps, mais pas trop car le temps c'est précieux. Au revoir.

    Et le professeur se replonge dans sa méditation sans plus accorder la moindre attention à la présence de ses deux visiteurs. Léon Dutilleul pousse alors Alexis —  qui n'a pas encore bien saisi tout ce que le professeur lui a expliqué — vers le mur et ils se retrouvent tous les deux dans la pièce d'à côté. A peine y sont-ils arrivés que Léon Dutilleul disparaît aussi mystérieusement que lorsqu'il y est apparu.

    Alexis ressent le besoin de réfléchir posément à tout ce qui lui a été dit. Il va vers un angle de la pièce pour s'y asseoir et là, une nouvelle surprise l'y attend : il voit les débris de la montre que le Lapin blanc avait jetée à terre. Mais les morceaux qu'il voit ne sont pas sur mais sous la dalle transparente.

     (à suivre)

    Notes

    Pour rappel :

     

    [1] Pancrace Eusèbe Zéphyrin Brioché est un personnage créé par Christophe en 1893 (plus connu sous le nom de Cosinus)

    [2] Léon Dutilleul est le héros du roman de Marcel Aymé : Le Passe-muraille.


  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Avril à 10:17

    Bonjour Edgard,

    J'ai comme une impression de déjà lu c'est fou ça !!!!!!!

    Je trouve que ce serait un bon conte pour enfant avec cette part de fantastique

    qu'ils apprécient tant........

    Merci pour cette atelier.

    Je vais faire un petit rappel à mes écrivains, car il n'est juste que tu ne soies pas lu.......

    Je t'embrasse Ed...

    2
    Lundi 8 Avril à 11:42

    Bonjour Ghislaine,

    Etre lu par toi me suffit amplement... sarcastic

    Bises

    Ed.

    3
    Mercredi 10 Avril à 00:52
    Yvette

    Ah mais non, mais non! je suis là moi, je ne suis pas un lapin, je suis une Mamie et je sais lire. Et oui , comme le dit si bien Ghislaine, ça pourrait bien faire un conte pour enfant et surtout si bien écrit et c'est rare. Et j'attends la suite!

    Edgard, moi je suis nouvelle chez Ghislaine, j'apprends à connaître ses amis.

     Bravo pour ce texte . A bientôt pour le prochain défi.

      • Ed
        Mercredi 10 Avril à 12:29

        Merci Yvette.

        Je prépare la suite...

    4
    Mercredi 10 Avril à 13:58

    C'est excellent  , bravo pour cette histoire qui visiblement est à suivre 

    Bonne journée 

      • Mercredi 10 Avril à 20:43

        Effectivement. La suite est en préparation pour le défi suivant de Ghislaine.

        Merci de votre visite et à bientôt.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :