• Le champ de blé

     

    En mai, le blé frissonne et, sous le vent, balance,

    Le champ est vert encore et commence à jaunir,

    De son feu le soleil va le faire mûrir,

    Alors, patiemment, en attendant, il danse.

     

    Voulant imiter l'art des grands enlumineurs,

    L'été fleurit les champs, les pare de couleurs :

    Les bleuets ont jeté de l'azur goutte à goutte

    Et les coquelicots, un peu jaloux sans doute,

    Ont ajouté partout des taches de rougeurs.

     

    Et quand, un peu plus tard, survient la canicule

    Alors un courageux et hardi promeneur

    Peut entendre craquer, écrasés de chaleur,

    Les épis déjà secs que l'ardeur du ciel brûle.

     

    Autrefois — en ce temps j'étais encore enfant —,

    Fin juin, lorsque l'école arrivait à son terme,

    Mes vacances alors se passaient à la ferme

    Chez ma tante Marie et mon oncle Fernand

     

    Et surtout, oui surtout, ma cousine Jeannine,

    Nous faisions la moisson, récoltions le bon grain,

    Et puis lorsque tournaient les ailes du moulin

    Sous la meule de pierre, il devenait farine

    Pour que le boulanger puisse cuire son pain.

     

    Quand tu fermes les yeux, te souviens-tu Cousine

    De l'odeur du café montant de la cuisine

    Quand on se réveillait, très tôt, tous les matins,

    Et de ce grand bol blanc (qui nous brûlait les mains)

    Rempli de cacao pour tremper sa tartine ?

     

    Alors viens avec moi, la campagne est si belle ;

    Oh ! écoute, entends-tu le blé qui nous appelle ?

    Oui, viens et nous pourrons, pendant quelques instants,

    Redevenir enfants et remonter le temps.


  • Commentaires

    1
    Mardi 1er Juin à 09:06

    Remonter le temps juste un instant,

    s'enfuir de cette réalité parfois si méchante,

    prendre simplement ce petit moment,

    attendre que les souvenirs nous hantent,

    Goûter ce désir si merveilleusement ardent,

    qui fait passer le mauvais temps....

     

     

      • Mardi 1er Juin à 11:30

        Quel dommage que tu ne sois pas ma cousine... sarcastic

    2
    Mercredi 2 Juin à 01:30

    De la belle poésie comme j'aime en lire 

    Bien écrite et dont les mots chantent de si émouvants souvenirs...

     

      • Mercredi 2 Juin à 09:31

        Merci AnMaï.

        Revenez quand vous voulez, ma plume vous sera toujours ouverte.

    3
    Samedi 12 Juin à 16:52
    Renée

    Quel joli poème...ha si c'était possible de remonter le temps! Amitié

      • Samedi 12 Juin à 18:28

        Merci Renée, en poésie tout est possible.

    4
    Mercredi 7 Juillet à 17:46

    Très joli poème !!

    Ce vécu qui fut .. qui n'est plus sauf en souvenir..

    Jours heureux

    Enfance douce 

    bonne soirée

    christelle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :