• L'embarquement pour Cythère

      

     

     

    L’Embarquement pour Cythère est une réplique du Pèlerinage à l'île de Cythère, tableau d'Antoine Watteau, réalisé en 1717, et présenté par le peintre à l'Académie royale de peinture afin d’y être admis. Cette réplique est réalisée par Watteau lui-même, l’année suivante.

    Watteau esquisse ses personnages sans donner de lignes précises. Il a utilisé des couleurs chaudes : rose des montagnes et brun des arbres, accompagnées du vert de la mer et du bleu du ciel. Deux femmes portent cependant des robes blanches. Un peu partout des chérubins semblent jouer autour des couples dont la plupart tiennent de longs bâtons enrubannés.

    A droite, le peintre a représenté la statue d’Aphrodite, déesse de l'amour, à qui un temple était dédié sur l’île de Cythère dans l’Antiquité.

    De nombreux objets relèvent de la symbolique de l’Amour.

    Les historiens d’art ne sont pas d’accord sur l’interprétation à donner à cette œuvre. Certains pensent que les différents personnages sont prêts à monter à bord du bateau qui les emmènera à Cythère, d’autres pensent qu’ils viennent de débarquer et qu’ils sont déjà sur l’île de Cythère. D’autres encore estiment que, vu le peu de clarté, il faut plutôt voir un retour de Cythère et non un départ.

    Aube ou crépuscule ?

    Trois cents ans plus tard, La question reste entière… Chapeau l’artiste !

     

     ------------------------------------------------------------------------------------------------

    L’Embarquement pour Cythère est aujourd’hui exposé au Château de Charlottenburg à Berlin.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mai à 09:16

    Je pencherai pour une aube sombre encore............

    Tu me gâtes Edgard et bien sur que cela m'intéresse car j'adore la peinture

    donc le plaisir est réel ...........Merci beaucoup pour cet atelier original !

    Parfait cet atelier ! Je valide !

    2
    Jeudi 3 Mai à 10:17

    Bonjour Ed,

    Je reviens peu à peu des crépuscules d'Internet, et je veux croire ici que c'est à une aube naissante qu'on a affaire. Comme la question reste ouverte, cela donne lieu à toutes les interprétations possibles. Chapeau l'artiste, comme tu dis. Watteau me rappellera à jamais une professeure d'histoire qui en était (disons le clairement) dingue ! Pourtant, vu sa matière, elle n'était pas censée nous en parler pendant ses cours. Mais c'est bien connu, les profs d'histoire aiment les digressions !!! 

    J'ai vu que tu a été prolifique pendant mon absence. Il va falloir que je rattrape mes lectures !!!

    En attendant, je te souhaite un bon jeudi. Merci pour ce partage.

    Fabrice

      • Ed.
        Jeudi 3 Mai à 21:20

        Bonsoir Fabrice,

        J'ai aussi eu un professeur d'histoire qui aimait les digressions et c'est dans ces moments-là que son cours devenait vraiment intéressant.

        Oui, j'ai assez bien "produit" pendant ton absence. Cela s'explique par un hiver qui s'est un peu trop attardé chez nous. En dessous de 10° C, je ne me risque pas à travailler dans le jardin. A présent, tout va changer. C'est d'ailleurs pour cette raison que ma dernière participation au défi de Ghislaine n'est pas un poème : je me suis contenté d'une analyse "vite faite" de ce tableau de Watteau. Ghislaine semble aussi contente que si j'avais passé de nombreuses heures à peaufiner un poème respectant les règles de l'art... Alors !

        Tu auras remarqué le peu (euphémisme) de commentaires sur mes textes. J'en conclus soit que personne (ou presque) ne me lit, soit que les lecteurs restent "plume bée" devant mes chefs-d'oeuvre. Je pencherais plutôt vers cette dernière hypothèse (*rire*). 

        Bon, il est l'heure de passer à table. Je me rends donc à présent sur ton dernier ouvrage...

        A bientôt.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :