• Demain, le printemps...

     

    Un ballet d'hirondelles

    Au ciel fait mille tours,

    La Nature, avec elles,

    Annonce les beaux jours.

     

    Allongé sur la mousse

    Odorante des bois

    Baignés de lune rousse,

    émerveillé, je vois

     

    — Ô vision superbe —

    Une biche et son faon

    Venir brouter dans l'herbe

    Tendre au bord d'un étang

     

    Où quelques libellules

    Virevoltent. Le vent

    Dessine des ridules

    Et le soleil levant,

     

    Sur ses eaux, étincelle ;

    Dans un marais de joncs

    Cancane une sarcelle ;

    Et j'entends des pigeons,

     

    Ou quelques tourterelles,

    Roucoulant comme fol,

    à grands battements d'ailes

    Préparer leur envol.

     

    L'éveil de la Nature

    Annonce le retour,

    Divine quadrature

    Du printemps, de l'Amour.

     

    Si tu le veux encore,

    Viens, je t'ouvre les bras,

    Ce soir, jusqu'à l'aurore,

    Nous froisserons les draps.


  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Mars à 13:48

    Quelles belles promesses que le printemps arrive.

    Puisses tu avec tes mots le faire arriver car chez moi(dans le sud)

    il gèle tous les matins encore, et le chauffage est encore bien bon........

    Merci pour ce beau poème sur la nature !

    Elle possède tant de richesse que tous les poèmes

    d'une vie ne suffiraient pas pour en parler..

    Bonne fin de journée Ed..

    Vas tu bien ??? Moi un trachéite récidivante avec la voix qui se sauve,

    mais cela ne me gène pas pour écrire ....

    Bisous cher Ed..........

     

      • Ed
        Jeudi 12 Mars à 20:49

        Merci Ghislaine.

        Côté santé, je n'ai pas à me plaindre.

        Il y a aussi dans le nord pas mal de gens qui ont une extinction de voix.

        Mais comme la plupart n'ont rien d'intéressant à dire...

        Prends bien soin de toi.

    2
    Vendredi 13 Mars à 09:02

    Rhooo c'est vrai mieux la fermer en ce cas !! Je ris !!

    3
    Vendredi 17 Avril à 13:28

    Bonjour Pierre,

    Merci pour cet émerveillement printanier. Tu sais comme j'affectionne les vers cours, qui ici (je trouve en tout cas), accentue comme il faut l'impatience de cette nature qui s'éveille, qui vainc l'hiver, l'hiver toujours un peu long (même quand il n'en a pas vraiment été un). 

    Espérons toutefois que les draps ne soient pas obligés d'attendre chaque fois le retour du printemps pour être froissés (il faut bien que je trouve de quoi te taquiner un peu, pardi ! - sourire).

    Fabrice

      • Ed
        Vendredi 17 Avril à 18:27

        Bonjour Fabrice,

        Le vers court donne une impression de légèreté tandis que les vers plus longs s'appliquent aux sujets plus "sérieux" (pour ne pas dire graves).

        Quant aux draps, je ne ferai pas de contre-commentaire ! yes

        Pierre.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :