• Aumône

     

     

     

    Jubilez, jubilons.

    Sommes-nous heureux parce que nous sommes bons,

    ou sommes-nous bons parce que nous sommes heureux?

    Victor Hugo, Les Misérables, t. 2, édition de 1862, p. 643.

     

    Comme chaque dimanche, Anatole est heureux :

    Sur le pas de l’église, il a mis vingt centimes

    Dans la sébile en bois que tend un miséreux

    Car la largesse est l’un de ses plaisirs intimes.

     

    Il a pitié, bien sûr, de tous ces culs-terreux

    Montrant de la laideur, les symptômes ultimes,

    Mais il ne peut rien face à l’état désastreux

    De la société dont ils sont les victimes.

     

    « Ils sont ainsi, mon Dieu, voués à tous les feux »,

    Pense-t-il en son for, « parce que Tu le veux !»,

    Jurant, pour leur salut, qu’il fera des prières.

     

    Non, ne le jugez pas, vous qui lisez ceci,

    Car n’arrive-t-il pas que vous soyez aussi

    Avec votre prochain, murés par des œillères ?


  • Commentaires

    1
    Mardi 12 Juin à 07:46

    Un défi mené de main de maître Edgard. Bravo !

    Bises et bon mardi

    2
    Mardi 12 Juin à 10:52

    Telle est la question dirait quelqu'un............

    Merci pour cette belle réflexion sur la bonté Edgard.........

    Participation toujours bien écrite, rien à dire que du bon !

    Merci beaucoup.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :